Accueil » Actualités » Poker en ligne en France, la baisse continue

Poker en ligne en France, la baisse continue

Poker en ligne en France, la baisse continue

En Septembre 2014, l’Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) a dévoilé son rapport d’activités du secteur pour l’année 2013 et force est de constater que tout n’est pas rose pour les opérateurs de jeux d’argent, en particulier pour ceux qui offrent du poker en ligne en France. En effet, l’année 2013, marquée encore par la crise, a vu le poker poursuivre sa lente descente aux enfers et sa baisse continue.

Et ce ne pourrait bien être qu’un début puisque aucun élément ne semble indiquer un retournement de tendance au grand dam des opérateurs de poker en ligne. C’est au début de la semaine dernière que le premier rapport annuel de l’ARJEL sous l’ère Charles Coppolani a été dévoilé.

Et force est de constater que le nouveau Président de l’ARJEL a tenu à apporter sa patte à l’élaboration de ce rapport en demandant à ce que ce dernier soit plus accessible pour les joueurs.

Ainsi, dans la forme, tout a été repensé pour que l’ARJEL soit plus proche des joueurs. Les missions de la haute autorité des jeux d’argent en ligne sont donc expliquées de manière claire et précise alors que tous les chiffres sont présentés de manière plus visuelle afin d’être compréhensibles par le plus grand nombre.

Poker français, la baisse continue en 2014, les opérateurs réduisent leurs frais

Tous ceux qui consulteront le rapport d’activité de l’ARJEL pourront bien comprendre que l’état de santé du secteur des jeux d’argent n’est pas fameux et que le poker en France est en grand danger. Pour faire ce constat, il suffit effectivement de jeter un coup d’œil à l’évolution du produit brut des jeux (PBJ) des opérateurs pour comprendre les difficultés rencontrées par les opérateurs.

Et oui, parce que le produit brut des jeux représente la différence entre les mises effectuées par les joueurs et les gains que l’opérateur leur a redistribué, il est un indicateur parfait pour bien cerner la dynamique dans laquelle se trouve le secteur des jeux d’argent en ligne.

En 2013, les paris sportifs avaient vu leur PBJ croître de 16% alors que les paris hippiques chutaient de 6%. Le poker français, lui, a poursuivi sa décadence avec une baisse du produit brut des jeux d’environ 13%.

Pour expliquer cette baisse incessante du PBJ du poker en France, deux principales raisons sont connues. La première est qu’une offre « illégale » est toujours accessible en France et que les tournois organisés par les opérateurs non régulés sont beaucoup plus attractifs pour les joueurs de poker en raison d’une liquidité bien plus importante qui peut laisser espérer des gains bien plus intéressants. Cela explique d’ailleurs que les tournois en cash game sont en recul de 18% dans l’Hexagone.

La seconde est qu’au fil des années, la communication autour des sites de poker en ligne s’est effilochée au point d’être aujourd’hui quasiment inexistante. Toutefois, malgré cette baisse du PBJ, certains experts des jeux en ligne ont avancé que le poker en ligne en France allait mieux…

Pour tirer ce constat, ces derniers ne se sont appuyés “que” sur le résultat d’exploitation des différents opérateurs de poker ! Un vrai tour de passe-passe en fait pour masquer le déclin du poker en ligne français

Effectivement, il est vrai que ce dernier, bien que toujours négatif, s’est rapproché de l’équilibre puisqu’il est estimé à -9 millions d’euros en 2013 alors qu’il était à -36 millions d’euros en 2012. Mieux, certains opérateurs de poker seraient de nouveau rentables, mais en fait, c’est plutôt une question d’écritures comptables

En effet, ces chiffres sont en réalité à manier avec la plus grande précaution puisque le résultat d’exploitation tient compte des dépenses et des recettes. Or, si le résultat financier des opérateurs de poker en France s’est amélioré, c’est surtout qu’ils ont considérablement diminué leurs dépenses en spots télévisés et sur Internet d’où la visibilité moindre évoquée un peu plus haut.

Cette donnée laisse augurer un avenir peu reluisant pour les opérateurs de poker en ligne puisque la baisse de la publicité conduit automatiquement à une visibilité moindre, à une présence de joueurs moins importante, à des dotations en gains en baisse et donc à moins d’attractivité et moins de revenus pour les opérateurs.

Au final, on peut donc observer l’entrée du poker dans un cercle vertueux qui pourrait bien le conduire à sa perte. Et ce ne sont sans doute pas les joueurs de poker professionnels français qui vont permettre la sortie de cette impasse puisque face à l’attractivité moindre des tournois organisés par les opérateurs de poker en ligne réglementés en France, mais aussi la fiscalité lourde qui les touche, ils ont pour la majorité décidé de déserter… et cet exode est encore loin d’être terminé.

1 commentaire

  1. Le tableau est effectivement sombre pour le poker en ligne en France.

    Avec la concurrence des sites illégaux de poker en ligne, les opérateurs du poker en ligne en France voient une bonne partie de leur clientèle s’effilocher.

    Les offres de ces acteurs illégaux en termes de gains et d’avantages sont plus attractifs que ce qui leur est proposé par les acteurs français du poker en ligne.

    Ce qui naturellement, a pour conséquences leur éloignement de ces salles de jeux françaises en ligne, agréées de surcroît par l’Arjel.

    La situation est d’autant plus catastrophique pour les acteurs du poker en ligne dans l’hexagone que la fiscalité vient enfoncer le clou avec les impôts très élevés qu’ils ont à payer.

    C’est un véritable coup dur pour les acteurs du poker en ligne français pour qui, la fin du calvaire n’est pas pour demain à mon avis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation (sous 1h à 24 heures). Patience donc !