Accueil » Actualités » L’ancien directeur du Casino d’Arcachon écope de 4 mois

L’ancien directeur du Casino d’Arcachon écope de 4 mois

L’ancien directeur du Casino d’Arcachon écope de 4 mois avec sursis

Au début de l’année 2014, Gérald Hamo, alors directeur du Casino d’Arcachon, avait été contraint de quitter son établissement suite à une sanction prise à son encontre par le Groupe Partouche.

Ayant ordonné à une de ses employées de falsifier des chèques qui servaient de garantie à une joueuse du casino, Gérald Hamo avait en effet été muté en attendant que le Tribunal correctionnel ne statue sur son cas.

Et c’est en ce début de semaine que l’ancien directeur du Casino d’Arcachon a été fixé et il a écopé de 4 mois de prison avec sursis. Retour sur les faits…

Gérald Hamo condamné pour avoir falsifier les chèques d’une joueuse compulsive

Intronisé au poste de directeur du Casino d’Arcachon en 2009, Gérald Hamo ne pensait probablement pas se retrouver 5 ans plus tard dans une impasse.

Considéré par beaucoup comme un vrai bâtisseur qui avait su insuffler une vraie dynamique au sein de l’établissement de jeux girondin, Gérald Hamo a assurément connu un « moment d’égarement » en 2014 en demandant à l’une de ses caissières de falsifier la date de trois chèques afin de pouvoir les encaisser.

Dans le courant de l’année 2013, une ostréicultrice du Bassin d’Arcachon, grande habituée des salles de jeux et de machines à sous, remettait au directeur du Casino d’Arcachon trois chèques pour une valeur de 7 000 €.

Faisant office de garantie, ces chèques étaient échangés contre de l’argent liquide pour le même montant, une pratique légale à condition que l’argent soit joué aux tables de jeux et pas, comme ce fut le cas, aux machines à sous.

Toutefois, si cet élément a été évoqué par l’avocat de l’ostréicultrice lors du procès de Gérald Hamo devant le Tribunal correctionnel de Bordeaux, ce n’est pas ce qui a conduit l’ancien directeur du Casino d’Arcachon devant la justice.

En effet, après n’avoir toujours pas obtenu le remboursement des 7000 € par l’ostréicultrice au bout d’un an et ce, bien que sa cliente soit bien connue des casinos aux alentours comme dépendante aux jeux, Gérald Hamo a commis l’irréparable en demandant à l’une de ses employées de falsifier la date des chèques laissés en garantie afin de les encaisser.

Seulement, le Crédit Agricole, l’établissement bancaire de la joueuse, s’apercevra de la petite combine puisque les comptes de sa cliente sont scrutés avec attention en raison d’un fichage par la Banque de France.

Accusé à juste titre de falsification de chèques, Gérald Hamo est immédiatement sanctionné par le groupe Partouche, son employeur, qui le mute au Casino de Forges les Eaux, établissement au sein duquel il perd son statut de directeur pour devenir un simple responsable clientèle.

La sanction est également financière puisque le nouveau salaire correspond logiquement à sa nouvelle fonction. Cette mutation professionnelle n’était toutefois que la première étape d’une procédure qui l’a vu renvoyé devant le Tribunal Correctionnel de Bordeaux.

La semaine passée, Gérald Hamo et son ex-employée, également accusée de falsification de chèques, ont donc comparu devant le Tribunal Correctionnel de Bordeaux.

L’ancien directeur du Casino d’Arcachon a admis un moment d’égarement et une forme de « lâcheté » en embarquant avec lui une caissière qui n’a pas osé dire non à son patron.

Face à lui, Gérald Hamo a tout de même eu fort à faire puisque l’avocat de la joueuse a demandé le versement de dommages et intérêts arguant que l’ex-directeur du casino d’Arcachon avait contribué, par l’acceptation de chèques en guise de garantie à « entretenir l’addiction de sa cliente ».

Pire, une enquête de police a montré que la remise de chèques contre du liquide était monnaie courante au sein de l’établissement de jeux, et que ces pratiques étaient donc contre-productives de la politique de lutte contre la dépendance mise en place par le Groupe Partouche.

Toutefois, le Tribunal Correctionnel de Bordeaux fera preuve de clémence à l’égard de Gérald Hamo jugeant que l’ex-directeur du Casino d’Arcachon avait jusqu’à cette « erreur » fait preuve d’un professionnalisme sans faille.

Gérald Hamo a donc écopé d’une amende de 8000 € et de 4 mois de prison avec sursis mais cette condamnation ne figurera pas au B2, l’extrait de casier judiciaire devant obligatoirement être vide pour pouvoir exercer dans un casino en France.

Cela signifie donc que Gérald Hamo pourra encore travailler dans un établissement de jeux et donc rester salarié du Groupe Partouche.

5 commentaires

  1. Donc si je comprends bien, il est possible d’échanger des chèques bancaires contre de l’argent liquide dans les casinos ? Ou est-ce une pratique tolérée mais quand même à la marge ?

    Et pourquoi ces sommes ne sont jouables qu’aux tables de jeux et pas aux machines à sous ? Y a-t-il une raison valable ? Comme quoi il faut vraiment laisser son chéquier et sa carte bleue à la maison avant d’aller jouer au casino !

    Quant à cette dame, si le casino savait qu’elle était joueuse compulsive, pourquoi le directeur a-t-il accepté en premier lieu de procéder à la transaction avant de demander à son employée d’en falsifier les dates ?

    Je veux bien croire qu’il ait eu besoin de rentrer dans ses frais immédiatement, mais quiconque transforme un chèque de tiers de quelque façon que ce soit encoure des poursuites, c’est la loi.

    Et vu la nature de son poste, il faut quand même avouer que c’était jouer avec le feu. Les sanctions sont méritées et justes je trouve, et j’espère que la dame a pu récupérer des dommages et intérêts… et qu’elle se fait soigner pour son addiction surtout !

  2. Travailler dans un casino demande qu’on soit de bonne moralité et pas avide d’argent puisqu’on a affaire à des personnes qui brassent de fortes sommes d’argent.

    L’agissement de Gérald Hamo est à la marge du code de conduite prescrit par les casinos. Son titre de Directeur de casino ne lui donne pas le droit d’encaisser un chèque déposer par une cliente.

    Cette attitude de Gérald Hamo et des sanctions dont il a été l’objet doit servir de leçon à tous ceux qui comme lui, occupent la même fonction et voudraient s’adonner à de telles pratiques car quand on sert à un poste aussi sensible, on se doit de respecter rigoureusement les règles liées à ce poste et être d’une probité sans failles.

  3. Je ne connaissais pas cette pratique, dernièrement je suis allé au casino et j’ai fais un chèque de 200 €.

    La caissière a fait une vérification au niveau informatique, je ne sais pas en quoi cela consiste (sûrement interdit bancaire ou chéquier volé), et elle m’a remis 200 € en billets de 50 €.

    Elle ne m’a pas dit que je devais jouer uniquement aux tables de jeux, j’ai donc joué aux machines à sous avec ces 200 €.

    Quand à l’attitude de Gérald Hamo, elle est inacceptable sachant que cette cliente est une joueuse compulsive.

    Il n’aurait pas dû prendre ses chèques en bois, ce n’est pas une attitude responsable quand on est directeur de casino…

  4. Comment ce directeur a pu accepter trois chèques d’un montant total de 7000 € ???

    J’ai déjà fait des chèques dans des casinos et je peux vous dire que le montant maximum accepté par client est de 1000 € par semaine, et les chèques sont débités de mon compte dans les 2 à 3 jours.

    Je pense que ce directeur connaissait personnellement ce joueur, sinon pourquoi garder des chèques pendant un an sans les encaisser ? Et la comptabilité dans tout ça ?

    Il y a vraiment de l’arnaque partout de nos jours et par un “directeur de casino” en plus !

    A t-il pensé une seule fois à son statut professionnel et aux règles qui s’y imposent ?

    Je trouve qu’il n’a pas suffisamment été condamné et cerise sur le gâteau pour lui, il a encore le droit de reprendre son activité professionnelle !

    Je reste vraiment abasourdi sur ce fait divers…

  5. La loi n’est pas la même pour tout le monde !

    Gérald Hamo écope d’une peine de prison et d’une amende et ça ne figurera pas dans son casier pour qu’il puisse continuer son métier ? C’est inacceptable !

    Oui, c’est la seule erreur commise et alors ? Erreur quand même ! Falsifier des chèques ce n’est pas rien ! C’est une honte !

    Travailler dans un établissement où l’argent est manipulé autant et commettre une faute aussi grave et avoir le droit de continuer ?

    Imaginer le banquier qui détourne de l’argent, on ne va pas l’autoriser à exercer encore !

    Les lois doivent être appliquées de la même manière pour tout le monde !

    Marre des passes-droits !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation (sous 1h à 24 heures). Patience donc !