Accueil » Actualités » François Montmirel, pas optimiste pour le poker en France

François Montmirel, pas optimiste pour le poker en France

François Montmirel, pas optimiste pour le poker en France

Fin connaisseur de l’univers du poker depuis maintenant près de 40 ans, François Montmirel, aujourd’hui patron de sa propre maison d’édition, a accepté récemment de revenir sur tout ce qui fait l’actualité du poker. Du net recul connu par le marché à l’affaire de l’Aviation Club de France en passant par les pistes qu’il faut selon lui suivre pour redonner ses lettres de noblesse au poker.

Ayant joué au poker pour la première fois en 1976 et ayant conduit de nombreux projets en lien avec le poker, François Montmirel est un observateur averti de l’univers du plus célèbre des jeux de cartes.

Entre autres, il est l’auteur de nombreux livres dédiés au poker qui donnaient des conseils aux joueurs mais aussi, l’un des fondateurs de l’Ecole Française de Poker fermée en 2013 après la faillite de son modèle économique basé sur l’affiliation.

Toutefois, même s’il est moins actif actuellement, François Montmirel aime toujours scruter ce monde du poker qu’il apprécie tant et, toujours honnête, a dévoilé ses opinions quant aux divers sujets brûlants qui font l’actu de la sphère poker et à priori, il n’est pas optimiste…

Ce qui inquiète le plus François Montmirel pour le poker français

En premier lieu, le spécialiste est revenu sur le déclin du poker en ligne en France et plus particulièrement du cash-game. Selon lui, il est difficile aujourd’hui pour les opérateurs de trouver de nouveaux joueurs puisque la « surmédiatisation » du poker au cours des 10 dernières années a déjà drainé dans les salles en ligne tous les joueurs susceptibles d’être intéressés par le poker.

Cétait l’avis de l’Arjel également en 2013, mais désormais en 2014, depuis la nomination du nouveau nouveau patron, l’Arjel a retourné sa veste.

Ce qui inquiète le plus François Montmirel, c’est la tendance des opérateurs à dénaturer le poker pour tenter de séduire les joueurs. En effet, il estime que les Sit&Go heads-up où les joueurs font immédiatement tapis ou bien les parties où 3 joueurs s’affrontent pour empocher un pot dont le montant n’est pas connu, s’apparentent davantage à des loteries qu’à du poker.

Cette dérive reflète malheureusement l’incapacité de l’Etat à venir en aide à des opérateurs de poker en ligne en quête de solutions pour ne pas se mettre dans le rouge. Surtout que ces nouvelles versions de poker ne servent ni les opérateurs, ni l’Etat, ni les joueurs et bien entendu pas le poker…

Si François Montmirel n’est pas optimiste pour le poker en France, il note tout de même que les tournois en live séduisent de plus en plus et qu’il y a une vraie dynamique pour le poker au niveau local comme le prouve la création régulière de nouveaux clubs. De plus, le spécialiste est persuadé qu’il existe aujourd’hui des solutions pour contrer la nette chute du poker en France.

Bien entendu, il avance l’argument de la fiscalité en osant parler de « racket » de l’Etat vis-à-vis des opérateurs de poker en ligne. Selon lui, la fiscalité du poker devrait être similaire à celle pratiquée sur les courses hippiques, à savoir une taxation aux alentours de 25% (au lieu de 40% actuellement), ce qui donnerait une bouffée d’air aux opérateurs.

Au sujet de la taxation des joueurs aussi, François Montmirel a son avis et il estime qu’il est temps que la législation française s’adapte à la profession de joueur de poker professionnel.

Ainsi, un statut à part entière pourrait être créé intégrant la possibilité d’étaler les gros gains sur plusieurs exercices puisque une partie sert à rejouer mais également, celle de défalquer les frais engagés afin que les bénéfices soient réellement imposés et non les gains.

Pour lui, le poker manque aujourd’hui d’un réel élément moteur qui pourrait être une Fédération par exemple et qui pourrait insuffler une vraie dynamique en aidant les acteurs à se coordonner. Et oui, prises individuellement, des initiatives comme celles du GPI ou de Ranking Hero sont pertinentes et vont dans le bon sens pour le poker.

Toutefois, si elles étaient également drivées par une institution puissante, ces initiatives auraient encore plus de chances de porter leurs fruits.Bien entendu, actualité oblige, François Montmirel a également été invité à se prononcer sur l’affaire de l’Aviation Club de France, le célèbre cercle de jeux parisien fermé administrativement par la justice il y a quelques jours.

A ce sujet, il admet qu’il lui est difficile de prendre une position ferme puisque aucune généralisation n’est possible et que l’ACF est un cas particulier. Il constate juste que le milieu des cercles de jeux est très opaque et offre souvent une place de choix au grand banditisme pour faire son business.

Il prône donc la mise en place d’une nouvelle législation pour encadrer les cercles de jeux en France et espère que l’Aviation Club de France sortira de ce mauvais pas à un an seulement de son 20ème anniversaire.

En conclusion, François Montmirel a tenu à préciser que le poker en ligne en France ne pourrait se sortir de sa spirale négative que seul, étant donné que le déclin du poker ne semble pas affecter le moins du monde les forces politiques de notre pays.

Pire, ces derniers seraient peut-être ravis de voir le poker disparaître selon lui. La nouvelle loi sous la Présidence de Hollande en dit long et va en effet dans son sens, notamment la fameuse théorie de l’universalité pour les jeux passée complètement inaperçue auprès des joueurs en tout genres. Et pourtant, ce dispositif législatif est une hécatombe

2 commentaires

  1. En fin connaisseur du poker et de son milieu, François Montmirel a diagnostiqué les maux qui minent le secteur du poker en France et le rende de moins en moins attractif selon lui.

    Véritable jeu de société, le poker est devenu selon François Montmirel moins attractif. En le disant, il ne donne pas de chiffres pour étayer sa thèse qui émanent d’une étude visant à démontrer qu’effectivement, le poker est devenu moins attractif. Avec des chiffres à l’appui, son constat serait exempt de tout reproche.

    Se baser sur des constats qui, selon moi, peuvent être appréciés de diverses manières pour faire ce genre d’affirmation est peu convaincant.

    C’est vrai que le milieu connait des difficultés comme plusieurs secteurs d’ailleurs, mais ce sont des conjonctures passagères et ne sauraient justifier le constat de François Montmirel.

    J’aurais été convaincu par les dires de François Montmirel, certes fin connaisseur du milieu du poker, si ses affirmations étaient faites chiffres à l’appui.

    Ce qui rendrait ses propos inattaquables puisque mesurables. Mais de cette façon, pour moi, beaucoup de questions restent sans réponses…

  2. Ce grand Monsieur qu’est François Montmirel est tout à fait dans le vrai.

    Au delà d’être un spécialiste hors pair dans le monde du poker en France, n’oublions pas qu’il est également diplômé de sciences économiques, fin connaisseur et consultant spécialiste du poker.

    Et donc, il s’y connait largement en matière de poker et d’économie. Ainsi, quand il avance que le poker en France est en total déclin et qu’il pourrait ne plus exister, il faut malheureusement le croire.

    D’une part, n’oublions pas qu’à l’heure où le poker en France explosait (années 2000), on ne connaissait pas encore la grande crise.

    Or, depuis 2008, la crise économique fait rage ce qui explique un net recul à mon avis. De plus, vu le montant des taxes prélevées sur les salles de poker et les joueurs, on ne peut pas vraiment se réjouir de l’avenir du poker français.

    D’autre part, le poker ne suscite plus autant d’intérêt en France, et à mon avis, les joueurs recherchent désormais des jeux permettant de gagner vite et gros ( jeux de grattage et machines à sous ) !

    La législation des jeux d’argent en ligne n’ayant rien arrangée, le poker en France ne peut que mal se porter !

    Espérons que l’Etat fera le nécessaire pour permettre de redonner un coup de boost à ce jeu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation (sous 1h à 24 heures). Patience donc !