Accueil » Actualités » Addiction, une comptable vole 580 000 € pour jouer au poker

Addiction, une comptable vole 580 000 € pour jouer au poker

Addiction, une comptable vole 580 000 € pour jouer au poker

C’est à une affaire bien peu ordinaire qu’a été confronté il y a quelques jours seulement le Tribunal de district de Zürich, en Suisse. En effet, devant lui, comparaissait une femme âgée de 75 ans accusée d’avoir volé 580 000 € à son employeur pour jouer au poker dans des clubs illégaux.

Eh oui, alors qu’elle aurait pu prendre sa retraite il y a quelques années déjà, cette septuagénaire avait fait le choix de poursuivre son activité de comptable. On comprend d’ailleurs mieux pourquoi lorsque l’on voit ses comptes.

Si la mamie disposait d’un salaire correct à la fin de chaque mois, elle avait surtout pris l’habitude, depuis 2004, de se verser un complément de revenus annuel… et pas des moindres. Chaque année, cette comptable créditait ainsi son compte d’une somme comprise entre 42 000 et 79 000 €.

Avec cet argent, elle aurait bien entendu pu améliorer ses fins de mois mais là n’était pas l’objectif puisque, ayant développé une véritable addiction aux jeux, elle l’utilisait pour jouer au poker et donc assouvir une passion née sur le tard.

Il faudrait 263 ans pour que la mamie puisse rembourser la somme de 580 000 €

Interrogée sur son addiction aux jeux, la comptable a avoué que c’est la rencontre avec un Italien dans la salle d’attente d’un hôpital de Zürich qui a tout déclenché. Celui-ci lui aurait soumis l’idée de faire fructifier son argent en jouant au poker et pas n’importe où, dans des clubs illégaux.

Cette idée aurait séduit la prévenue qui, rapidement, aurait acquis une seconde ligne téléphonique sur laquelle des SMS l’informant des horaires et des lieux des parties de poker clandestines.

Devant les juges, la femme de 75 ans admettra que ses débuts dans l’univers du poker illégal ont été excellents puisque les autres joueurs, profitant probablement d’elle, l’ont laissé gagner afin qu’elle prenne confiance en elle et qu’elle ait envie de rejouer, toujours plus…

Rapidement, elle prend part à 4 tournois par semaine, tournois dont l’entrée est fixée à 900 € mais cela n’effraie pas la vieille dame qui ne sait désormais plus s’arrêter de jouer au poker. Elle a beau désormais perdre beaucoup d’argent, elle veut croire en sa chance d’autant que c’est désormais pour elle la seule solution de rembourser son employeur !

La prévenue tient donc devant les juges le discours de la majorité des individus souffrant de dépendance aux jeux. Mais ces derniers peinent à comprendre pourquoi la vieille femme n’a pas préféré se rendre dans un casino ou une maison de jeux plutôt que de continuer à participer à des parties clandestines.

A cette interrogation, la femme de 75 ans répondra quelque chose qui pourrait en faire rire plus d’un. En effet, c’est parce que son chien n’aurait pas pu l’accompagner dans un casino qu’elle préférait jouer dans un club de poker illégal où son meilleur ami était accepté.

Elle avouera aussi que jouer au poker dans un univers « clandestin » lui a permis de ne pas éveiller les soupçons de son mari quant à son addiction aux jeux. Se rendre au casino s’accompagnait effectivement du risque de croiser des personnes qu’elle connaissait et qui auraient potentiellement pu révéler son goût pour les jeux d’argent à des membres de son entourage.

Se montrant totalement déboussolée par ce qui lui arrive, la septuagénaire a avoué à la barre que son « comportement avait été catastrophique » mais malheureusement le mal est fait et celle-ci est aujourd’hui incapable de rembourser les sommes qu’elle a dérobées à son ancien patron.

Voulant prouver sa volonté de réparer ses erreurs, l’ancienne comptable a tenu à préciser qu’elle remboursait environ 180 € par mois à sa victime. Toutefois, à ce rythme, il faudrait 263 ans pour que la septuagénaire « rende » les 580 000 € qu’elle a volés !

Le Tribunal du district de Zürich n’a pour sa part pas été trop dur dans sa décision avec la septuagénaire puisqu’il lui a infligé 24 mois de prison avec sursis et 900 € d’amende pour détournement d’argent. Cette affaire prouve toutefois combien l’addiction aux jeux et au poker est un engrenage cruel qu’il vaut mieux éviter…

7 commentaires

  1. Franchement, la dame a déjà 75 ans et a déjà volé 580 000 €. Bon, c’est un fait. Pas beau ce vol, mais ce qui est rageant dans cette histoire, c’est si la dame décède… Elle a déjà 75 ans… Bah oui, car ce sont ses enfants (si elle en a…) qui vont être surpris si héritage de biens il y a.

    En fait, à cause du jeu, cette dame va pénaliser ses enfants car les créanciers vont se manifester lors de son décès, à moins que les enfants, toujours si elle en a, refusent l’héritage. Et à mon avis, avec une dette de 580 000 €, mieux vaut que les enfants refusent l’héritage.

    Comme quoi, une addiction peut pénaliser même sa filiation. Sinon, 900 € d’amende et 24 mois de prison avec sursis, c’est pas cher payé à mon avis. Elle a claqué 580 000 €, faut pas l’oublier…

  2. C’est dingue comme ces histoires d’addiction commencent toujours par de beaux gains, avant la descente aux enfers ! Mais dans les clubs illégaux, les premières mains sont délibérément gagnantes, histoire de “fidéliser” le badaud.

    Bref, encore une histoire assez peu glorieuse qui montre que le discernement a ses limites, et que la faiblesse humaine n’en a pas. Maintenant, la clémence du tribunal est assez logique… je vois mal cette septuagénaire aller en prison de toute façon.

    Mais une chose m’échappe : certes, elle va devoir s’acquitter de 900 € d’amende ; mais quid des 580 000 € ? Quelqu’un a bien été lésé dans l’histoire, non ? Alors sont-ce les assurances qui vont indemniser les parties plaignantes ?

  3. Bon, on va dire que cette dame s’en tire pas trop mal : 24 mois de prison et 900 € d’amende, c’est par cher payé pour avoir détourner 580 000 € ! Je trouve que le tribunal a été clément au regard de la somme détournée et de l’âge de l’inculpé.

    Les jeux d’argent sont dangereux, on ne le dira jamais assez. Moi-même, pendant une certaine période, j’y ai laissé des plumes. Cela arrive quand on joue au delà de ses moyens et qu’on essaie de récupérer ses pertes, c’est la dernière chose à faire, il faut jouer responsable, se fixer un budget et s’y tenir mais cela demande de la volonté.

    Le jeu peut vite devenir une addiction au même titre que l’alcool, la drogue et autres. Heureusement qu’il existe des professionnels pour vous aider : les centre d’addictologie dans les centres hospitaliers, sinon vous pouvez en parler à quelqu’un au 09-74-75-13-13 qui saura vous conseiller.

  4. On sait quand on y entre jamais quand et comment on en sort…

    Quand on commence, on ne pense pas à l’addiction. Mais très rapidement, l’habitude s’installe et on ne sait plus s’arrêter de jouer. Quand on gagne comme quand on perd.

    On n’a plus le sens du jeu responsable. C’est même en multipliant les séries perdantes qu’on joue le plus parce qu’on veut récupérer les sommes perdues.

    Heureusement que l’addiction est reconnue comme une maladie et traitée comme telle.

    Pour revenir au cas de cette septuagénaire, il faut reconnaitre que c’est pitoyable…

    Je pense même que c’est pour cette raison que la justice a été clémente. Elle s’est engouffrée dans l’addiction sans s’en rendre compte.

    Prise au piège, elle ne pouvait plus s’en sortir…

    Les jeux d’argent sont dangereux et donc à éviter comme la drogue. Car quand on y entre, c’est difficile d’en sortir. Pour ceux qui y sont, jouez responsables. Pour ceux qui ne connaissent pas cet univers, pas la peine de s’y aventurer.

  5. Encore une victime de ce fléau qu’est l’addiction au jeux.

    Cette comptable de 75 ans s’est engloutie petit à petit pour se retrouver avec une dette de 580 000 euros sans s’en rendre compte. C’est dire que l’addiction aux jeux d’argent est un véritable tueur silencieux comme l’hypertension qui vous tue sans prévenir.

    Elle s’est fait prendre dans l’engrenage sans s’en rendre compte. Il faut donc se garder de fréquenter les salles de jeux d’argent quand on n’est pas assez fort pour prendre des décisions importantes pour sa vie.

    Sinon, se regarder aller à sa propre perte sans pouvoir agir, cela relève de la faiblesse qu’on a dans la prise de décisions vis-à-vis de soi-même.

  6. Et bien à 75 ans, la mamie a de la ressource et de la suite dans les idées ! C’est le moins qu’on puisse dire !

    Comme quoi il n’y a pas d’âge ! L’addiction aux jeux peut survenir à n’importe quel moment ! Il aura suffit d’une rencontre et boom, on tombe dedans !

    Elle s’est sans doute rendue addict en voyant les gains qu’elle faisait et qu’elle ne faisait plus ! C’est là le problème !

    Quand on a goûté au plaisir de gagner, on en veut toujours plus !

    Je lui tire cependant mon chapeau car elle a réponse à tout ! Le chien, le mari ! De bonnes excuses !

    Bon, elle a eu du bol dans sa peine, mais vu son âge, je pense qu’on a été très clément avec elle !

  7. Dur dur pour la mamie de 75ans. Lol, on connaissait les truands en col blanc mais là, ça devient “truand à la maison de retraite” !

    Même si cette actualité me fait sourire, je pense que la justice aurait dû se pencher un peu plus sur le jeu clandestin, ce qui à mon avis a rendu cette femme addict aux jeux d’argent.

    Comme il est relaté dans l’article, elle même dit que si elle aurait joué dans un cercle légal, elle se serait mise des barrières et n’aurait peut-être pas perdu autant d’argent.

    Le cercle clandestin l’a désinhibé au niveau de l’argent et elle a toujours pensé pouvoir se refaire, c’est ça le problème.

    La majorité des joueurs savent qu’il faut jouer pour le plaisir et l’adrénaline, mais pas pour se “refaire” quand on a perdu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation (sous 1h à 24 heures). Patience donc !