Accueil » Actualités » Jeux en ligne agréés en France, l’Arjel fait le point

Jeux en ligne agréés en France, l’Arjel fait le point

Jeux en ligne agréés en France, l’Arjel fait le point

Alors que l’Euro 2016 de football, qui débute le vendredi 10 juin, est très attendu par les opérateurs de paris sportifs, Charles Coppolani, Président de l’Autorité de Régulation des Jeux en ligne (Arjel), a profité d’une entretien avec la presse pour établir pour ce premier semestre 2016, un petit état des lieux des jeux en ligne actuellement agréés en France.

Les paris sportifs séduisent de plus en plus, mais pas le poker et ni les paris hippiques

Ainsi, celui qui est l’homme fort de l’Arjel depuis la fin du mois de février 2014 a confirmé que le marché des jeux d’argent en ligne poursuivait son développement en France comme cela est le cas depuis 2010, année de sa régulation.

Toutefois, si les opérateurs de paris sportifs peuvent afficher un grand sourire en raison des mises qui ne cessent de grimper et qui ont atteint 1,44 milliard d’euros sur les sites agréés par l’Arjel en 2015, les autres acteurs du secteur (poker et paris hippiques) peuvent grimacer… voire même redouter l’avenir.

En effet, depuis 2012, les opérateurs de paris hippiques voient leurs chiffres d’affaires diminuer lentement mais sûrement alors que ceux de poker ne cessent de perdre du terrain depuis 2010, bien que le jeu de cartes en ligne enregistre encore des mises supérieures à 5,5 milliards d’euros.

Le Président de l’Arjel tient toutefois à rappeler que les mises ne font pas tout et avancent l’exemple des opérateurs de paris sportifs pour le prouver. Si leur situation reste confortable, la hausse des mises ne signifie pas du tout que les acteurs s’enrichissent !

En effet, si le montant des mises en 2015 a bondi de 30% par rapport à l’année précédente, la hausse du produit brut des jeux, autrement dit le chiffre d’affaires après répercussion des gains aux parieurs, n’est que de 19%.

Pire, si l’on se base sur le produit net des jeux, c’est-à-dire le chiffre d’affaires après impôts et taxes, il est en baisse de 1%. Par cette petite explication, le Président de l’Arjel montre en tout cas qu’il faut manier les chiffres avec précaution et surtout, choisir les bons indicateurs pour mener une analyse véritablement pertinente.

La fiscalité des jeux d’argent en ligne profite à l’Etat mais pas que…

Charles Coppolani a également tenu à tordre le coup à l’idée reçue selon laquelle l’Etat s’engraissait grâce aux revenus qu’il tire des jeux d’argent agrées par l’Arjel. Là encore, il n’a pas hésité à utiliser quelques chiffres afin d’expliquer le plus clairement la destination des fonds correspondant aux taxes payées par les opérateurs de jeux.

En France, la fiscalité relative aux jeux d’argent en ligne est la plus lourde au monde et les opérateurs du secteur ne manquent pas de le rappeler dès qu’ils en ont l’occasion.

Les opérateurs de paris sportifs sont ainsi par exemple imposés à hauteur de 9,3% des mises effectuées par les joueurs. Ainsi, en 2015, l’Etat aurait perçu quelques 342 millions d’euros, une somme importante mais qui ne se destine pas intégralement au budget de la France.

Selon le boss de l’Arjel, seulement 175 millions d’euros contribueraient réellement au budget de l’Etat, le reste étant affecté à d’autres postes.

La fiscalité sur les jeux d’argent en ligne permet ainsi de collecter des fonds destinés au financement de la Sécurité Sociale, du Centre National du Développement du Sport (CNDS), du Centre des Monuments Nationaux ou encore de la filière hippique.

Mais ce n’est pas tout puisque les communes accueillant sur leur sol un casino perçoivent également des revenus. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en 2010, au moment où la France a régulé le marché des jeux d’argent en ligne, elles ont estimé que ces derniers allaient diminuer considérablement leurs revenus en diminuant l’activité des établissements en dur d’où la création d’un mécanisme de compensation

Lutter contre les paris sportifs truqués

La lutte contre les paris truqués est une priorité absolue pour l’Arjel à l’heure de grands évènements sportifs.

Ces explications données et ce rapide bilan tiré, la tête pensante de l’Arjel est revenue sur le dossier brûlant du moment: la lutte contre la manipulation des compétitions sportives. En effet, alors que l’Euro 2016 disputé en France puis les Jeux Olympiques de Rio en août devraient être très favorables à l’industrie des paris sportifs, il est primordial de prendre toutes les dispositions pour que les paris truqués soient éradiqués.

De nombreuses actions ont donc été conduites à cet effet. Ainsi, outre les équipes de l’Arjel qui réalisent depuis 2012 une surveillance accrue des paris sportifs à la recherche de comportements anormaux, une véritable collaboration entre les pouvoirs publics, les forces de police, les opérateurs de paris sportifs et le CNOSF va être mise en place durant l’Euro de football.

Reste à savoir si cette dernière sera suffisamment efficace pour mettre à mal le fléau moderne que sont les paris truqués.

9 commentaires

  1. Merci pour la petite mise au point !

    Je ne suis pas sûre que l’ARJEL ait fait les bons choix quand elle a décidé d’interdire les casinos en ligne ( j’en grimace encore ).

    Et si aujourd’hui les chiffres sont en baisse sur certains sites de Paris sportifs, ce n’est sûrement pas dû au hasard à mon avis.

    En effet, il faut se souvenir que beaucoup de sites de paris sportifs proposait également une partie casino, et je pense que beaucoup de joueurs de machines à sous tentaient également leurs chances sur les machines à sous de ces sites.

    Alors quand certains bookmakers comme Betclic ou Mybet, ou encore Unibet et Bwin ont fermé ce secteur aux joueurs français, cela a dû les pénaliser fortement dans leurs chiffres d’affaires.

    Il y a eu un gros manque à gagner selon moi.

    Quant aux paris sportifs truqués, il y aura toujours des “petits malins”… et l’informatique a ses failles. Il y a encore du boulot à faire là dessus à mon avis.

  2. Les paris en ligne ont de la part des joueurs un intérêt particulier. Selon que le joueur se sent plus à l’aise dans un jeu bien précis, il ne pratiquera celui-ci. Que ce soit en ligne ou dans un casino en dur.

    Les paris sportifs sont de plus en plus pratiqués par les joueurs en ligne par rapport aux jeux des casinos car selon moi, le sport est vivant et on a la possibilité d’étudier les performances d’une équipe ou d’un athlète. Contrairement au casino où on ne parie ou joue que sur du hasard.

    Ceci dit, les pronostiques faits au sport reflètent plus ou moins la réalité. Tout dépend de l’étude des performances des équipes ou des athlètes qui a été faite. Ce qui n’est pas le cas dans un casino où on est guidé que par le pur hasard.

    Quant à la lutte contre les paris truqués, c’est un véritable défi car détecter un match truqué n’est pas chose facile. Mais cela ne doit pas être l’occasion pour baisser les bras face à ce fléau qui mérite d’être combattu, même si son éradication reste prétentieux.

  3. L’ARJEL, en même temps qu’elle fait le point de la situation des jeux en ligne dans l’hexagone, démontre son sérieux dans son travail et donne une bonne lecture à mon avis de la situation des jeux en ligne en France.

    L’idée qu’on se fait après lecture de ce rapport est que la situation n’est pas reluisante pour le poker et les paris hippiques.

    La baisse des chiffres d’affaires constatée sur certains sites peut s’expliquer de diverses façons.

    L’engouement pour les paris sportifs en France est très net car les parieurs dans leur majorité préfèrent le sport.

    Sur les autres jeux (hippisme et poker), on constate tout de suite que les paris sur le poker et les paris hippiques sont en baisse. Peut-être est-ce dû à la conjoncture économique maussade ?

    Quant à la lutte contre les paris truqués, la fin de ce phénomène n’est pas pour maintenant. Mais la lutte doit continuer, ça, c’est certain.

  4. L’apparition de l’Arjel coïncide avec la mode du poker et des paris sportifs en ligne si je ne me trompe pas.

    Les modes passent, ce qui doit expliquer la baisse du chiffre d’affaire pour le secteur du poker.

    Dommage à mon avis de ne pas avoir traité le problème des jeux de hasard en ligne, notamment de casinos, par la même occasion…

    En gelant la situation, elle a ouvert la porte à d’autres acteurs qui eux, profitent (à la place des finances de la France) des bénéfices faits.

    La Française des jeux propose de plus en plus de jeux qui sont fortement ressemblants à des machines à sous tout de même, étonnant qu’elle puisse avoir ce droit et non d’autres.

    Concernant le hippisme, l’image ayant été rajeunie à une époque a permis de faire évoluer celui-ci pendant un temps, mais petit à petit, l’image a repris de l’âge…

    Une nouvelle cure de jouvence pourrait peut-être permettre de relancer une fois encore la discipline… peut-être.

    À suivre à mon avis…

  5. Ah l’ARJEL ! Quelle idée !

    Alors oui dans le principe de lutter contre le blanchiment, les fraudes, les paris truqués je suis POUR ! Pour le reste, franchement l’ARJEL grrrrrrrr 🙁

    Entre les taxes, les nouvelles réglementations etc… pas étonnant que l’industrie des jeux en ligne soit en baisse !

    D’autant que beaucoup de sites proposaient paris sportifs, casinos et poker au sein de leur plateforme ! Alors quand le casino s’est retiré… les joueurs aussi !

    Ce qui me scandalisera toujours, c’est de voir que la Française des Jeux et le Pmu peuvent tout faire et tout proposer !

    Le site en ligne de la FDJ propose carrément des jeux de Bingo ! Les lois sont étranges en France !

    Il est temps que l Arjel autorise les jeux de casino en ligne !

    Vivement 2018… et peut-être qu’avec de la chance, ce sera fait !

  6. Moi, perso, j’en ai marre de l’Arjel.

    Oui, vraiment marre, on ne peut plus rien faire en France, les jeux de casino en ligne, niet pour nous les joueurs français.

    À cause de qui ? L’Arjel…

    Dernièrement, chez Casino Stakes, plus de jeux Netent, pourquoi ? Interdits en France !

    Je n’arrive pas à comprendre l’Arjel… Avec tous les joueurs de casinos en ligne qui existent en France, ne pas légaliser ces jeux, c’est ignorer la liberté des joueurs de casino.

    De plus, vu la masse d’argent que l’État peut récupérer sur les jeux… Non, sincèrement, je ne comprends pas cette politique !

    Par contre, PMU et FDJ, eux, pas de soucis, des joueurs croulent sur les dettes à cause de l’addiction, mais l’Arjel sans fout…

    Vivement 2018, en espérant que les jeux de casino soient légalisés car y’en a marre.

    • J’aime ce coup de gueule toff59 !

      Tu as bien raison : nous savons légiférer pour quasi tous les droits, sauf pour le droit de jouer librement en ligne…

      Seuls ceux qui peuvent se déplacer auront le droit d’aller jouer dans les casinos en dur, pour les autres : “Passez votre chemin”, il est impraticable pour vous !

      De plus, si l’on a la malchance d’être handicapé(e), cela ressemble à une double peine car ne pouvant pas se déplacer dans un casino en “dur” (trop lointain), il est également impossible de se faire plaisir en jouant sur des casinos en ligne. 🙄

      Reste la liberté de jouer en mode “fun” (démo)… Passé l’âge de jouer aux billes, cela semble invraisemblable !

      Les avantages possédés par certains passent avant tout il me semble. Triste à constater pour des gens “simples” et “normaux” que nous sommes… 🙁

      • Tout à fait d’accord avec vous Olivette.

        Et je pense que cela ne va pas s’arranger, certains jeux interdits pour notre pays, notamment les jeux de casino, c’est vraiment dommage.

        Il y a tant de personnes seules qui ne peuvent pas se rendre dans les casinos en “dur” ou qui ne peuvent se déplacer…

        Je pense que l’Etat perdrait bien plus d’argent si il légalisait les casinos en ligne, et c’est certainement pour cela que nous sommes bloqués.

        Sinon, il y a longtemps que ce serait fait, du moins je pense.

  7. Merci Olivette! 😉

    C’est vrai que cela devient compliqué pour nous joueurs Français de jouer sur des casinos en ligne.

    Par contre, de souligner comme tu le fais et je suis complètement d’accord avec toi, d’avoir un souci de santé ou même pas de moyen de locomotion pour se rendre dans un casino en “dur” et de plus, impossible de se faire plaisir en jouant sur des casinos en ligne…

    Lydie, je ne suis pas d’accord avec toi ! Moi, je pense que ça va s’arranger pour nous les joueurs Français, je reste optimiste. il y a beaucoup d’argent en jeu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel est le résultat de cette opération ? Votre commentaire sera ensuite en attente d'approbation (sous 1h à 24 heures). Patience donc !